MYZ-lyon-campagne

Campagne lyon-jdr sur MYZ

Outils pour utilisateurs

Outils du site


timeline

Timeline

Jour 1

Chroniques de Lyra - Partie 1 : Le funiculaire
“Nous avons été désignés pour aller explorer un tunnel juste à coté de l'arche. Il doit nous permettre d'accéder plus facilement à la vallée en contrebas. C'est bien sur Zone qui mene le groupe et nous sommes accompagnés de Prunella ma co-alcôvataire et son chien Coco ainsi que de Max, un Gearhead que je ne connais pas encore beaucoup. Nous avons également deux esclaves avec nous Ocelot et mon ami Joshua.

Rapidement en entrant dans le tunnel qui descendait dans la colline nous avons trouvé une vieille plateforme rouillée, reliée à de longs câbles sur le sol. Le tunnel était en partit éboulé et il régnait un silence de mort. Nous avons suivit les câbles. Après un croisement un gros véhicules nous bloquait le passage. Prunella a envoyé Coco en éclaireur, ça avait l'air à peu près sur alors c'est zone qui a essayé de se faufiler sous le wagon mais c'était trop étroit pour un humain. Max et les esclaves ont cassé l'arrière du wagon pour renter mais c'était quand même bouché et ils ont juste pu récupérer une barre en métal brillant. On a alors essayé de couper le câble pour faire tomber le wagon mais il était trop dur, c'est Ocelot qui a réussit à la sectionner en crachant de l'acide dessus. Le wagon est descendu de plus en plus vite en crissant contre les murs mais le câble est remonté très vite, faisant descendre la plateforme qu'on avait vu au début. On a dû courir très vite vers l'embranchement un plus haut pour l'éviter. Prunella m'a sauvé la vie au dernier moment, c'est vraiment une amie ! Mais le souffle du wagon qui descendait à éteint nos torches et on a dû descendre dans le noir dans le tunnel enfin débouché. Coco s'est mit à grogner en signe d'avertissement. Zone a utiliser son sonar mais n'a rien repéré. Il nous a guidé vers la sortie des souterrains et là il a repéré des traces de pas devant l'entrée. Les traces de trois ou quatre personnes différentes. On trouve les restes de leurs campement mais le wagon les avait écrasés. Le seul cadavre en état qu'on a trouvé était celui d'un humanoïde à la peau pâle et aux canines pointues. Tous son corps était recouvert de lambeaux de vêtements. Zone pense que c'est une zonegoule, une créature nocturne agressive et cannibale.

Ensuite on est remonté et on a fait notre rapport. Les gens de l'arche étaient inquiets face à nos découvertes. Nous avons alors aider à la construction d”un barricade pour se protéger du tunnel.

Il y a eu 5 morts aujourd'hui. L'un d'eux est un autre stalker qui a été mangé par une goule.“

Jour 2

Chroniques de Lyra - Partie 2 : De l'eau et des goules
L'arche dispose maintenant d'un acces à la vallée. Le conseil décide donc d'envoyer divers équipes explorer la région. Pendant ce temps la tension monte en ce qui concerne les projets à prioriser au sein de l'arche. Au final, Pierre réussi à convaincre une partie de l'arche de réhabiliter une partie du bâtiment effondré pour en faire un temple tandis que Marlotte pousse pour la mise en place d'équipes de chasse.

Jour 3

Le collecteur d'eau est tombé en panne. Les réserves s'épuisent à vue d'oeil. Les Stalkers ont dit avoir vu une zone entourée d'eau au sud. Un petit groupe est envoyé la bas

Jour 6

Aucune nouvelle du groupe, un second groupe plus conséquent est envoyé: Zone, Priscilla, Max, Lyra, Oslo et Joshua. Ils doivent retrouver les traces du groupe du précédent et tirer cette histoire d'eau au clair

Jour 10

Le groupe est rentré ! Et ils ont réussi à ramener plus de 300L d'eau ainsi qu'une partie des disparus (Nelma une enforcer bornée, Lambda une gearhead en bleu de travail armée d'un lanceflamme. Vorhan le stalker qui les guidait n'a pas survécu. La zone inondée au sud est en fait occupée par un groupe de zone goules avec qui il semble possible de négocier. Elles demandent des armes et des munitions en échange d'un approvisionnement en eau (visiblement le site génère de l'eau pure en permanence). Ils ont également ramené un étrange carnet que nous n'avons pas réussi à déchiffrer pour le moment

Jour 11

Le peuple accepte la proposition des goules et se sépare de quelques armes en échange de l'eau. Zone est reparti explorer les régions du nord et Lyra est maintenant recluse dans le Vault à étudier le carnet trouvé près de la station d'épuration. C'est Boris “pas de soucis” qui rejoint le groupe en tant que nouveau Stalker. Boris, Max, Prunella et Coco décident de cartographier plus précisément les alentours de l'arche et de retourner explorer le bâtiment aux véhicules bleus aperçu lors de leur précédente expédition. Dans la foret Coco tombe dans un trou et déniche une caverne contenant une mare d'eau claire et de nombreux champignons comestibles sur les parois. La trace d'une créature est également repérée mais elle semble trop dangereuse pour s'y intéresser.

Jour 12

Le groupe arrive en vu du bâtiment et découvre porte close. Après être laborieusement passé par l'étage il entame l'exploration de la bâtisse. le rez de chaussée et l'étage sont vides, un squelette traine près de l'entrée. Un escalier menant vers le sous-sol est rapidement découvert par Boris. Dans les divers pièces les mutants trouvent deux véhicules en bon état (seules les roues sont crevées) dans un garage fermé par une grille, un pistolet automatique, un peu de poudre et un trou mystérieux. Le mystère se dissipe quand une horde de créatures noirâtres jaillissent du trou pour s'en prendre aux trois mutants. Boris de barre en courant tandis que Max et Prunella sont contraints de se réfugier en haut de la grille du garage souterrain. Ce n'est que grâce à leurs mutations qu'ils réussissent à s'en sortir.

Jour 13

Chronique de Nongsao
Nous étions tranquillement affairés dans l’Arche quand celle-ci a été attaquée. Une cinquantaine de « Hell Drivers », menés par leur chef à la peau bleutée, sont arrivés dans différents véhicules, lourdement armés. Ils ont visiblement eu connaissance de l’emplacement de l’Arche par Zone. Ce dernier est grièvement blessé. Ils nous obligent à leur fournir de l’eau. N’ayant guère le choix, nous nous exécutons, mais partons immédiatement à leur suite après leur départ de l’Arche. Nous remontons leurs traces en direction du Nord. A noter un bâtiment intéressant avec des sortes de grosses antennes sur la route, plus à l’est. Nous retrouvons le camp des « Hell Drivers », et passons un peu de temps à les observer. Ils ont des sortes d’esclaves, et organisent des courses motorisées dans leur camp. Ce dernier est très vaste, clôturé par un haut grillage mais peu gardé. Au centre trône un bâtiment de plusieurs étages. Nous attendons la nuit et nous tentons une percée pour en savoir un peu plus. Dans la noirceur de la nuit, nous nous faufilons sans problème. Une sorte de caravane avec pas mal d’activité nous attire un premier temps puis nous nous dirigeons vers le bâtiment principal. Le rez de chaussé est occupé par des dizaines de véhicules abandonnés et en mauvais état. Une sorte de rampe d’accès permet d’accéder aux étages supérieurs. Prunella et Van en empruntant cette rampe se font repéré par un « Hell Driver ». Après un bref combat, Nongsao en vient à bout. Mais l’alarme est donnée, nous réussissons cependant à fuit en emmenant notre prisonnier inanimé. La nourriture et l’eau commencent cruellement à manquer sur le retour, mais tout le monde arrive à l’Arche. Le prisonnier est interrogé par Maria, et il passe à table. Il se nomme Raph, c’est un cogneur. Il raconte que les « Hell drivers » sont pour la plupart des mécaniciens, qu’ils ont beaucoup de véhicules et de munitions. Ils ne savent pas en produire et leur activité principale est le vol. Leur chef à la peau bleu semble se prénommer Ilona et elle possède une carte pointant différentes camps qu’ils volent régulièrement.

Jour 16

Chronique de Nongsao :
Notre séjour à l’Arche n’aura pas été sans intérêt. Van réussit à avoir l’information sur l’endroit où trouver des œufs de vers “Gutfish” qui peuvent tuer l'hôte dans lequel ils se développent. Même si ce n'est pas un poison violent cela pourra affaiblir les Hell Drivers qui nous rackettent. Trax le fixer nous indique sur la carte l'endroit où l'on pourra les trouver. Le plan est donc simple, aller vers le Nord Est et récupérer ces œufs pour éventuellement s’en servir pour contaminer les « Hell Drivers ».

A l’aube, de l’agitation dans l’Arche réveille une partie du groupe. Une sorte d'étoile filante, mais plus lente, passe dans le ciel et termine sa course au loin, perdue dans la forêt au sud-ouest. Pierre pense qu’il s’agit d’un signe, le mutant ailé est de retour pour nous apporter sa sagesse et nous sauver. Il réussi à haranguer une petite expédition pour aller dans la direction de l'impact. Après un bref débat au sein de notre groupe, nous décidons finalement de ne pas attiser la foie de Pierre pour ce faux prophète et restons sur notre plan initial.

Nous nous équipons donc avant de partir vers le nord-est, en direction une zone marécageuse, à la recherche des œufs de Gutfish.

Jour 17

Chronique de Van :

Je connais le chemin, je le sais, c'est dans mes tripes. Toutefois, un point de vue en hauteur nous permettra de gagner du temps. Je commence donc l'ascension d'un arbre voisin mais dans la précipitation, la branche sur laquelle je m'accroche craque et je chute de quelques mètres. Le groupe commence à perdre la déjà maigre confiance en moi.

Nous avançons toutefois et traversons le pont au nord de l'Arche. Cette fois mon flair nous oriente vers un bâtiment à toit plat. Nous savons qu'il y a souvent de la bouze et nous en trouvons.

Jour 18

Nous décidons ensuite de traquer un monstre pour nous nourrir. Il semble que Coco et moi sommes sur la piste d'un Dévoreur. Il nous surprend à l'entrée d'un bâtiment. Nongsao l'assaille de coups, Max tente aussi le contact mais le Dévoreur se défend. Je décide de mettre fin au combat en faisant frire cette saleté. Nous le dépeçons et le cuisinons ce qui nous apporte un bon lot de rations.

Notre route continue vers une longue grotte à la base d'une grande colline. Nous décidons d'entrée, torche à la main. L'obscurité ici est presque palpable et nous sentons que plus nous avançons plus l'atmosphère semble s'alourdir. Ce tas de rats aurait dû nous mettre sur la piste, nous nous sentons tous mal mais continuons quoi qu'il arrive. La pourriture nous touche mais nous courrons et nous apercevons finalement le bout du tunnel. Nous sommes sauf….

Lorsque nous sortons, la nuit commence à tomber. Nous voyons au loin direction Sud Ouest, deux énormes piliers de lumière qui illuminent le ciel pendant un long moment. Notre confusion ne nous empêche pas de passer une nuit calme.

Jour 19

Chroniques de Nongsao :

Le lendemain matin, un bruit de moteur nous attire vers l’eau où nous voyons filer sur les flots une sorte de véhicule flottant. Toutefois nous restons sur notre plan, trouver des oeufs de Gutfish.

Nous arrivons devant un mur séparant la route d'un marais. Nous entrons et suivons des traces repérées par Van. En cheminant vers le nord, nous découvrons une sorte de camp, dans une zone marécageuse. Sur une zone herbeuse se trouvent des tentes, des cabanes sur pilotis, et une sorte de gros œuf métallique brillant, marqué d’une étoile avec un œil au milieu.

Greglass, un mutant fortement touché par le ROT nous accueille, et nous informe que ce lieu est un havre de paix où vit l’Oracle, et qu'il répond à des questions contre un don. Nous lui posons toutes sortes de questions et il nous apprend notamment que le véhicule qui avance sur l'eau appartient aux Mecchiz, de petites personnes vivant plus au sud, au bord de l’eau dans un Château de rouille.

Jour 20

Le lendemain matin, Max décide de rencontrer l'Oracle et de lui poser une question. Il nous revient tout chamboulé, clamant à qui veut l'entendre qu'il a eu la réponse au grand rêve qui l'anime. Nous n'en savons pas plus…

Durant notre séjour, nous faisons la rencontre d’un homme à crête rouge (un Hell Driver), et une femme d'un camp au sud, elle est très discrète et ne nous donne pas d'informations malgré une approche de Prunella.

La commerçante du camp nous apprend que le temps d’incubation des œufs de vers est d’environ 15 jours, et ayant pour symptômes des douleurs au ventre et un appétit accru suivit de la mort si non soigné. Nous filtrons l'eau croupie de petites marres et remplissons deux bouteilles d’eau contaminée.

Jour 21

Journal de Max

J’ai rencontré l’oracle, il m’a montré. Je sais maintenant comment me libérer de cette malédiction qui m’empêche de vivre mon amour avec Amélia. Je pourrai enfin l’enlacer. Cela reste compliquer de localiser cet endroit mais au vu de leurs technologies peut-être que si je construis un transmetteur suffisamment puissant, je pourrai entrer en contact avec eux. Les étoiles étaient si proches, j’avais l’impression de pouvoir les toucher. Je dois retourner voir l’oracle, peut-être sera-t-il où je pourrais trouver le matériel pour fabriquer le transmetteur. Il faut que j’arrive à convaincre le conseil qu’un tel dispositif nous permettrait de contacter nos alliés en cas de danger et faciliterai le commerce.

Nous avons quitté le repaire de l’oracle pour nous diriger vers les lumières. J’apprécie mes compagnons nous avons affronté tellement d’épreuves ensemble. Le voyage ne devrait pas nous prendre trop de temps. Il y a un problème cependant, nous avons épuisé une bonne partie de nos réserves de nourritures et d’eau. Nous devrons en trouve sur le chemin.

Nous avons trouvé un arbre plein de fruits, mais il est entouré d’herbes hautes. Nous avons repéré des amoncellements blancs dans la végétation, des ossements ? Peut-être que des spores toxiques vont se dégager lors de la traversée de cette mer verte. Nous devrions être prudents. Je m’attelle à la fabrication d’un masque capable de nous protéger des spores, je prends modèle sur la combinaison aperçu chez les goules. Notre compagnon s’aventure dans les herbes mais bientôt la végétation l’enchevêtre et il ressent de vives brûlures. C’est un piège mais pas celui auquel nous nous étions préparé, nous arrivons à le tirer de là in-extrémiste grâce à l’intervention de Coco.

Jour 22

Nous arrivons en vue des murailles de ce qui semblent être une autre arche, le bâtiment de verre semble être en bonne état, on peut apercevoir des lumières au dernier étage. Ils sont sur leurs gardes mais ils finissent par nous laisser entrer. L’accueil est chaleureux. Nous sommes arrivé dans une société matriarcale, les mâles sont relégué à l’état de bête de sommes alors que les femmes semblent s’occuper des autres tâches y compris de la défense de l’arche.

Des femelles enceintent… elles sont capables de se reproduire. Nous avons appris quel étaient dirigé par un homme capable d’enfanter. Ce qui semblerait prouver que nos femelles sont fécondes et que c’est nous qui ne pouvons enfanter. L’arche est pleine d’enfants, une fois mon but atteint peut-être qu’Amélia et moi pourront également avoir une descendance. Leur arche est en plus en avance technologiquement que la nôtre, nous avons beaucoup à apprendre de leur part et ils semblent intéresser pour commercer avec nos mais …. Il y a quelque chose de dérangeant chez eux.

Jour 23

Nous allons retourner à l’arche accompagnée par deux émissaires. La traversée du tunnel nous a encore rendus malade, par contre mon compagnon équipé du masque semble avoir moins souffert, est-ce qu’il protégerait du Rot ? Il faut que j’en fabrique d’autres, cela pourrait être utile.

Nous sommes enfin arrivé à l’arche mais les nouvelles ne sont pas bonnes, les livraisons d’eau des goules se sont arrêtées, le groupe parti pour trouver « l’ange » n’est jamais revenu. Il va falloir trouver rapidement pourquoi.

Jour 24

Chroniques de Van.

L'arche est en plein doute, je le sens… Nous pensions avoir ramené avec nous de bons présages, mais nos compagnons semblent juste plus divisés que jamais. Je ne comprends pas… Tous les quatre, nous ne comprenons pas… Nous avons vu des enfants quand même ! Je suppose qu'après tout ce temps enfermé dans l'arche on ne crois que ce que l'on voit. On nous raconte que les livraisons d'eau de nos chères goules ont cessé. Mais que c'est-il donc passé ?

Nos “amis” repartent vers leur arche, ils reprennent le chemin précédemment emprunté. Nous leur proposons de trouver un meilleur trajet pour que l'échange entre nos arches soit meilleur. Après avoir fait le plein de provisions nous décidons de partir vers le sud en longeant le fleuve afin de trouver un pont. Nongsao semble prise d'un étrange mal et ne peut nous accompagner. A peine sortis de l'Arche, nous arrivons au milieu de ruines, l’endroit à l'air dévasté, en poussière… Et soudain, nous entendons un grondement au loin, l'air est plus épais et sombre. Je sens mes compagnons se tendre, le doute les gagne. Mais nous continuons d'avancer malgré tout, mais le grondement se rapproche, et l'air s'obscurcit encore plus. Craignant pour nos vies, nous nous précipitons vers les abords du champ de ruine, là où il subsiste encore quelques murs de mi-hauteur. Nous attendons, et voyons qu'à quelques dizaines de mètres de nous des rochers gros comme des dévoreurs voler dans tous les sens pris dans un énorme nuage de débris. L'air est presque irrespirable mais cela semble s'améliorer au fur et à mesure que s'éloigne cette étrange tempête. Soulagés de s'en être sortis indemnes nous longeons le fleuve vers à la recherche d'un pont mais rien à l'horizon. C'est alors qu'un bâtiment retient notre attention. Un mur transparent s'exclame Max ! Bien que silencieuses, Prunella et Coco fixent cette paroi en restants bouche bées. En nous approchant, des silhouettes se dessinent. Sont-elles tournées dans notre direction ? Nous ont-elles vu ? Aucun mouvement ne trahit leurs intentions. Enhardis par le courage, nous entrons par une porte sur le côté mais l’obscurité ne nous permet pas d'en savoir plus. Je saisie alors un objet à terre et le lance à la tête d'un opposant qui se fracasse alors a terre dans un bruit sourd. Rassurés, nous fouillons le coin et je remarque alors qu'une des statues porte un étrange habit brillant d'une beauté inhabituelle et encore en très bon état.

Il fait de plus en plus sombre et ce coin de forêt me semble idéal pour dormir cette nuit ainsi nous aménageons le coin pour dormir. Une tente de fortune au dessus de nos têtes et nous sombrons au bord de notre feu de camp… Mais un grand fracas nous réveille. Max est projeté dans les air sur plusieurs mètres, Prunella saute dans un arbre pour échapper au danger. La bête est énorme, ses défenses ont réduit en poussière notre camp de fortune et son souffle rauque et pestilentiel me donne des sueurs froides. Allant au devant du danger, je décide de brûler la bête mais celle-ci résiste bien qu’ébranlée à mon assaut. C'est à Coco d'entrer en piste sa maitresse lui donnant ses ordres depuis sa branche, hors de portée du monstre. Le caniche combat vaillamment mais reçoit autant qu'il donne. Pendant ce temps, je décoche un carreau d’arbalète qui touche la cible sans l'achever. Max, secoué par la puissance du coup initial s'est relevé et se rapproche de la bête, sa batte à clous en main et assène coup sur coup réduisant sa tête encore fumante en un amas de chair sanguinolent. Je dépèce ce qu'il reste pour en faire des provisions et nous rentrons clopin-clopant à l'Arche pour nous soigner, nous restaurer et confier notre butin à l'Arche.

Jour 26

Nous repartons un jour plus tard, complètements remis de nos blessures pour chercher ce fameux pont. Nous partons en direction du sud, là où nous nous étions arrêtés précédemment. Nous trouvons finalement un pont, il est en mauvais état mais nous pouvons tout de même l'emprunter à pieds. Une légère pluie commence à tomber alors que nous avançons dans un dédale de bâtiments. Je reconnais alors un grand immeuble carré, ils abritent généralement des voitures. Nous trouvons du grub et de l'eau et Max semble aussi dégoter du scrap. Mais pas le temps de se reposer, d'autant que la pluie redouble d'intensité au dehors. Elle commence même à affecter mes compagnons. Nous avançons vers le nord où nous croisons une passerelle branlante, elle est détrempée et n'inspire pas confiance. Nous continuons donc vers le nord, la pluie nous brûle et Prunella vacille et tombe inanimée nous forçant à nous mettre à l’abri. L'eau monte, elle est à nos chevilles pressés par le temps nous rebroussons chemin pour traverser par la passerelle en mode cordée. Prunella se lance la première suivie de Max. Celui-ci glisse sur une des plaques et tombe à la renverse, emporté par le courant du fleuve. Par chance, je réussi à l’extirper des remous et nous reprenons notre marche en direction de l’abri le plus proche, notre cher parking. L'eau est encore montée, nous ne pourrons pas nous déplacer sans un radeau. Max se met à la tâche et nous construit une belle barque qui nous permettra de quitter cet endroit de malheur…

Jour 27

Nous décidons d'aller au sud dans notre embarcation pour faire la lumière sur notre histoire de ravitaillement en eau avec les goules. Lorsque nous arrivons, personne ne répond à nos cris. Nous entrons dans le nid des goules et tombons sur des corps séchés et des impacts de balles partout. Max parvient à rallumer les machines pour filtrer l'eau. A ce moment là, une des cuve semble s'agiter et à mon approche, une nuée de gros vers noirs me recouvre. Ce n'est qu'après m'avoir sauvé que Max et Prunella me racontent qu'ils ont du m'asperger de booze et m'immoler pour qu'enfin les bêtes me lâchent. C'est donc fatigué et défiguré que mes compagnons me transportent jusqu'à l'Arche où nous racontons notre périple. Nous avons aussi des nouvelles de nos Chroniqueurs, ils ont déchiffré le journal. L'Eden existe !

timeline.txt · Dernière modification: 2019/02/13 10:35 par accalmie