MYZ-lyon-campagne

Campagne lyon-jdr sur MYZ

Outils pour utilisateurs

Outils du site


timeline

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
timeline [2019/01/11 10:39]
accalmie
timeline [2019/02/13 10:35] (Version actuelle)
accalmie
Ligne 102: Ligne 102:
 La commerçante du camp nous apprend que le temps d’incubation des œufs de vers est d’environ 15 jours, et ayant pour symptômes des douleurs au ventre et un appétit accru suivit de la mort si non soigné. Nous filtrons l'eau croupie de petites marres et remplissons deux bouteilles d’eau contaminée. La commerçante du camp nous apprend que le temps d’incubation des œufs de vers est d’environ 15 jours, et ayant pour symptômes des douleurs au ventre et un appétit accru suivit de la mort si non soigné. Nous filtrons l'eau croupie de petites marres et remplissons deux bouteilles d’eau contaminée.
  
 +====== Jour 21 ======
 +Journal de Max
  
 +J’ai rencontré l’oracle, il m’a montré. Je sais maintenant comment me libérer de cette malédiction qui m’empêche de vivre mon amour avec Amélia. Je pourrai enfin l’enlacer. Cela reste compliquer de localiser cet endroit mais au vu de leurs technologies peut-être que si je construis un transmetteur suffisamment puissant, je pourrai entrer en contact avec eux. Les étoiles étaient si proches, j’avais l’impression de pouvoir les toucher. ​ Je dois retourner voir l’oracle, peut-être sera-t-il où je pourrais trouver le matériel pour fabriquer le transmetteur. Il faut que j’arrive à convaincre le conseil qu’un tel dispositif nous permettrait de contacter nos alliés en cas de danger et faciliterai le commerce.
  
 +Nous avons quitté le repaire de l’oracle pour nous diriger vers les lumières. J’apprécie mes compagnons nous avons affronté tellement d’épreuves ensemble. Le voyage ne devrait pas nous prendre trop de temps. Il y a un problème cependant, nous avons épuisé une bonne partie de nos réserves de nourritures et d’eau. Nous devrons en trouve sur le chemin.
  
 +Nous avons trouvé un arbre plein de fruits, mais il est entouré d’herbes hautes. Nous avons repéré des amoncellements blancs dans la végétation,​ des ossements ? Peut-être que des spores toxiques vont se dégager lors de la traversée de cette mer verte. Nous devrions être prudents. Je m’attelle à la fabrication d’un masque capable de nous protéger des spores, je prends modèle sur la combinaison aperçu chez les goules. Notre compagnon s’aventure dans les herbes mais bientôt la végétation l’enchevêtre et il ressent de vives brûlures. C’est un piège mais pas celui auquel nous nous étions préparé, nous arrivons à le tirer de là in-extrémiste grâce à l’intervention de Coco.
 +
 +===== Jour 22 =====
 +Nous arrivons en vue des murailles de ce qui semblent être une autre arche, le bâtiment de verre semble être en bonne état, on peut apercevoir des lumières au dernier étage. Ils sont sur leurs gardes mais ils finissent par nous laisser entrer. L’accueil est chaleureux. Nous sommes arrivé dans une société matriarcale,​ les mâles sont relégué à l’état de bête de sommes alors que les femmes semblent s’occuper des autres tâches y compris de la défense de l’arche.
 +
 +Des femelles enceintent… elles sont capables de se reproduire. Nous avons appris quel étaient dirigé par un homme capable d’enfanter. Ce qui semblerait prouver que nos femelles sont fécondes et que c’est nous qui ne pouvons enfanter. L’arche est pleine d’enfants,​ une fois mon but atteint peut-être qu’Amélia et moi pourront également avoir une descendance. Leur arche est en plus en avance technologiquement que la nôtre, nous avons beaucoup à apprendre de leur part et ils semblent intéresser pour commercer avec nos mais …. Il y a quelque chose de dérangeant chez eux.
 +
 +===== Jour 23 =====
 +Nous allons retourner à l’arche accompagnée par deux émissaires. La traversée du tunnel nous a encore rendus malade, par contre mon compagnon équipé du masque semble avoir moins souffert, est-ce qu’il protégerait du Rot ? Il faut que j’en fabrique d’autres, cela pourrait être utile.
 +
 +Nous sommes enfin arrivé à l’arche mais les nouvelles ne sont pas bonnes, les livraisons d’eau des goules se sont arrêtées, le groupe parti pour trouver « l’ange » n’est jamais revenu. Il va falloir trouver rapidement pourquoi.
 +
 +===== Jour 24 =====
 +Chroniques de Van.
 +
 +L'​arche est en plein doute, je le sens... Nous pensions avoir ramené avec nous de bons présages, mais nos compagnons semblent juste plus divisés que jamais. Je ne comprends pas... Tous les quatre, nous ne comprenons pas... Nous avons vu des enfants quand même ! Je suppose qu'​après tout ce temps enfermé dans l'​arche on ne crois que ce que l'on voit. On nous raconte que les livraisons d'eau de nos chères goules ont cessé. Mais que c'​est-il donc passé ?
 +
 +Nos "​amis"​ repartent vers leur arche, ils reprennent le chemin précédemment emprunté. Nous leur proposons de trouver un meilleur trajet pour que l'​échange entre nos arches soit meilleur. Après avoir fait le plein de provisions nous décidons de partir vers le sud en longeant le fleuve afin de trouver un pont. Nongsao semble prise d'un étrange mal et ne peut nous accompagner. A peine sortis de l'​Arche,​ nous arrivons au milieu de ruines, l’endroit à l'air dévasté, en poussière... Et soudain, nous entendons un grondement au loin, l'air est plus épais et sombre. Je sens mes compagnons se tendre, le doute les gagne. Mais nous continuons d'​avancer malgré tout, mais le grondement se rapproche, et l'air s'​obscurcit encore plus. Craignant pour nos vies, nous nous précipitons vers les abords du champ de ruine, là où il subsiste encore quelques murs de mi-hauteur. Nous attendons, et voyons qu'à quelques dizaines de mètres de nous des rochers gros comme des dévoreurs voler dans tous les sens pris dans un énorme nuage de débris. L'air est presque irrespirable mais cela semble s'​améliorer au fur et à mesure que s'​éloigne cette étrange tempête.
 +Soulagés de s'en être sortis indemnes nous longeons le fleuve vers à la recherche d'un pont mais rien à l'​horizon. C'est alors qu'un bâtiment retient notre attention. Un mur transparent s'​exclame Max ! Bien que silencieuses,​ Prunella et Coco fixent cette paroi en restants bouche bées. En nous approchant, des silhouettes se dessinent. Sont-elles tournées dans notre direction ? Nous ont-elles vu ? Aucun mouvement ne trahit leurs intentions. Enhardis par le courage, nous entrons par une porte sur le côté mais l’obscurité ne nous permet pas d'en savoir plus. Je saisie alors un objet à terre et le lance à la tête d'un opposant qui se fracasse alors a terre dans un bruit sourd. Rassurés, nous fouillons le coin et je remarque alors qu'une des statues porte un étrange habit brillant d'une beauté inhabituelle et encore en très bon état.
 +
 +Il fait de plus en plus sombre et ce coin de forêt me semble idéal pour dormir cette nuit ainsi nous aménageons le coin pour dormir. Une tente de fortune au dessus de nos têtes et nous sombrons au bord de notre feu de camp... Mais un grand fracas nous réveille. Max est projeté dans les air sur plusieurs mètres, Prunella saute dans un arbre pour échapper au danger. La bête est énorme, ses défenses ont réduit en poussière notre camp de fortune et son souffle rauque et pestilentiel me donne des sueurs froides. Allant au devant du danger, je décide de brûler la bête mais celle-ci résiste bien qu’ébranlée à mon assaut. C'est à Coco d'​entrer en piste sa maitresse lui donnant ses ordres depuis sa branche, hors de portée du monstre. Le caniche combat vaillamment mais reçoit autant qu'il donne. Pendant ce temps, je décoche un carreau d’arbalète qui touche la cible sans l'​achever. Max, secoué par la puissance du coup initial s'est relevé et se rapproche de la bête, sa batte à clous en main et assène coup sur coup réduisant sa tête encore fumante en un amas de chair sanguinolent. Je dépèce ce qu'il reste pour en faire des provisions et nous rentrons clopin-clopant à l'​Arche pour nous soigner, nous restaurer et confier notre butin à l'​Arche.
 +
 +===== Jour 26 =====
 +Nous repartons un jour plus tard, complètements remis de nos blessures pour chercher ce fameux pont. Nous partons en direction du sud, là où nous nous étions arrêtés précédemment. Nous trouvons finalement un pont, il est en mauvais état mais nous pouvons tout de même l'​emprunter à pieds. Une légère pluie commence à tomber alors que nous avançons dans un dédale de bâtiments. Je reconnais alors un grand immeuble carré, ils abritent généralement des voitures. Nous trouvons du grub et de l'eau et Max semble aussi dégoter du scrap. Mais pas le temps de se reposer, d'​autant que la pluie redouble d'​intensité au dehors. Elle commence même à affecter mes compagnons. Nous avançons vers le nord où nous croisons une passerelle branlante, elle est détrempée et n'​inspire pas confiance. Nous continuons donc vers le nord, la pluie nous brûle et Prunella vacille et tombe inanimée nous forçant à nous mettre à l’abri. L'eau monte, elle est à nos chevilles pressés par le temps nous rebroussons chemin pour traverser par la passerelle en mode cordée. Prunella se lance la première suivie de Max. Celui-ci glisse sur une des plaques et tombe à la renverse, emporté par le courant du fleuve. Par chance, je réussi à l’extirper des remous et nous reprenons notre marche en direction de l’abri le plus proche, notre cher parking. L'eau est encore montée, nous ne pourrons pas nous déplacer sans un radeau. Max se met à la tâche et nous construit une belle barque qui nous permettra de quitter cet endroit de malheur...
 +
 +===== Jour 27 =====
 +
 +Nous décidons d'​aller au sud dans notre embarcation pour faire la lumière sur notre histoire de ravitaillement en eau avec les goules. Lorsque nous arrivons, personne ne répond à nos cris. Nous entrons dans le nid des goules et tombons sur des corps séchés et des impacts de balles partout. Max parvient à rallumer les machines pour filtrer l'eau. A ce moment là, une des cuve semble s'​agiter et à mon approche, une nuée de gros vers noirs me recouvre. Ce n'est qu'​après m'​avoir sauvé que Max et Prunella me racontent qu'ils ont du m'​asperger de booze et m'​immoler pour qu'​enfin les bêtes me lâchent. C'est donc fatigué et défiguré que mes compagnons me transportent jusqu'​à l'​Arche où nous racontons notre périple. Nous avons aussi des nouvelles de nos Chroniqueurs,​ ils ont déchiffré le journal. L'Eden existe !
  
  
timeline.txt · Dernière modification: 2019/02/13 10:35 par accalmie